02 33 31 01 64 contact@alencon.vet

CHIENS ET CHATS

La consultation annuelle
Cette visite annuelle de santé permet un contrôle régulier de l’état de santé de votre animal.
Notre travail est de soigner, mais surtout de prévenir les problèmes de santé.
Cette visite rentre dans cette démarche de prévention et s’accompagne la plupart du temps d’une vaccination.
La consultation pédiatrique

 

Cette visite permet à la fois de contrôler l’état de santé de votre chiot ou de votre chaton, de répondre à vos questions et de vous fournir les conseils les plus pertinents pour votre nouvelle vie avec votre nouveau compagnon.
N’hésitez pas à venir vous renseigner auprès de nos assistants avant l’acquisition ou l’adoption d’un animal : l’arrivée d’un nouveau compagnon dans la famille est un événement et il mérite conseils et réflexion.
La consultation pubertaire
La consultation pubertaire est un rendez-vous important dans la vie de votre compagnon.
Cette visite a lieu vers l’âge de  6 à 10 mois.
Elle permet de faire le point sur la croissance, la dentition, l’état général (poids, indice corporel, taille…), la reproduction (puberté, conseils de reproduction, conseils de stérilisation…), les vaccinations complémentaires (piroplasmose, maladie de Lyme), le comportement et son éducation…

 

En effet, entre 3 et 15 mois, le chiot évolue considérablement et il est préférable de le revoir avant le rappel annuel de vaccination qui a lieu vers 15 mois. Ne pas prendre de conseils pour son animal entre 3 et 15 mois, c’est un peu comme, toutes proportions gardées, élever un enfant sans médecin, sans dentiste, sans école entre 6 et 25 ans.

L’intérêt et la richesse de cette visite réside dans l’interaction entre le maître et le vétérinaire, avec notamment une adaptation de la prévention des maladies et des infestations parasitaires et ce en fonction du mode de vie de votre animal : il est évident qu’un chien de chasse ou un chat de campagne ne court pas les mêmes risques qu’un chien citadin ou qu’ un chat d’appartement, mais ils nécessitent tous des soins particuliers. Cette visite permet donc la mise en place d’une prévention personnalisée des maladies et des infestations parasitaires pour votre animal.
De plus, elle nous donne l’occasion de discuter avec vous des éventuels troubles du comportement du chiot :
Lors de problèmes de malpropreté par exemple, ou encore en cas de destructions, aboiements, désobéissance, etc, il est plus facile d’apporter des solutions et de rectifier ces comportements indésirables chez un chiot de 6 mois que chez un chien adulte.
Enfin, la consultation pubertaire est l’occasion de discuter de l’éventualité d’une stérilisation, souvent conseillée chez la chienne, la chatte et le chat.
La consultation gériatrique
Comme pour l’homme, l’espérance de vie des chiens et des chats augmente de façon régulière.
Nous soignons de plus en plus d’animaux âgés et ces visites gériatriques sont l’occasion de faire des bilans de santé spécifiques pour déceler le plus rapidement possible les troubles liés au vieillissement.

A partir de 7 à 10 ans, votre compagnon entre dans le « troisième âge ».
Le bilan gériatrique vous permettra de garder votre compagnon plus longtemps, et surtout dans de meilleures conditions !

Le bilan gériatrique a pour but de prolonger la bonne santé de votre animal et d’éviter ou de retarder les maladies les plus fréquentes liées à l’âge. Il inclut un examen médical approfondi, ainsi que diverses analyses sanguines ( biochimie, numération / formule sanguine, dosage de l’hormone thyroïdienne…).
Pourquoi ?
Le bilan sanguin permet de :
– Contrôler le bon fonctionnement des différents organes et de détecter de manière précoce certaines maladies (insuffisance rénale chronique, insuffisance hépatique, diabète…) qui peuvent passer inaperçues à leur stade débutant.
– Avoir des valeurs de référence sur lesquelles se baser plus tard dans le suivi personnalisé de votre animal.

Quand ?
Dès 10 ans chez le chat, et à partir de 7 à 10 ans selon la race chez le chien.
Il est recommandé de réaliser un bilan tous les 1 à 2 ans.
Comment ?
L’examen clinique et la prise de sang sont effectués à la clinique. Votre animal doit être de préfèrence à jeûn depuis 8 heures. Les résultats sont disponibles immédiatement. Ils vous sont expliqués en détail par le vétérinaire, et systématiquement remis par écrit.
Le bilan gériatrique peut être réalisé à l’occasion de la consultation vaccinale annuelle. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de notre équipe soignante.
Pensez à signaler tout ce qui vous parait inhabituel, comme une baisse d’activité, des difficultés à se déplacer,  une augmentation de la prise de boisson, un appétit capricieux ou au contraire augmenté, une diminution du comportement de toilettage… Des solutions existent pour aider votre animal à « bien » vieillir.
De plus, il est primordial de donner une alimentation de qualité pour chat ou chien mature, adaptée à son état de santé. N’hésitez pas à nous demander conseil.

CHIENS

La vaccination du chien
La vaccination permet à l’organisme de résister à une agression virale ou bactérienne.
A ce titre, elle fait partie des moyens préventifs qui doivent être mis en œuvre sur des organismes bien portants, avant toute contagion.
C’est une sorte d’assurance contre un certain nombre de maladies.
Il faut donc y songer lorsque, paradoxalement, tout va bien !

En quoi la vaccination est-elle utile et en quoi consiste-t-elle ?

    La vaccination permet à votre chien de développer des anticorps spécifiques contre certaines maladies virales ou bactériennes. Les anticorps sont des éléments du système immunitaire : les défenses naturelles de l’animal contre les maladies.
En cas de contact avec la maladie, ces anticorps permettront à son corps de réagir plus vite et plus efficacement contre le microbe et de s’en débarrasser très rapidement, donc de ne pas tomber malade.
La vaccination ne détruit pas les microbes, elle stimule et prépare les défenses naturelles de votre chien contre les maladies.
    Pour vacciner, on injecte au chien (par une « piqûre ») un fragment des microbes contre lesquels on souhaite le protéger ou un microbe très voisin mais transformé en laboratoire pour être inoffensif.
   Le corps de votre chien fabrique alors massivement des anticorps contre ce microbe, qui lui seront utiles par la suite en cas de rencontre avec le microbe « sauvage ».

Contre quelles maladies vaccine-t-on habituellement les chiens ?
La vaccination du chien concerne principalement 5 maladies (on parle aussi de « valences vaccinales »), qui sont parfois résumées sous le signe [CHPLR] :
(C) La maladie de Carré : C’est une maladie virale très agressive, encore très courante, qui touche les chiens de tous âges et provoque de nombreux symptômes, souvent mortels.
(H) L’Hépatite de Rubarth : Devenue un peu plus rare, l’hépatite de Rubarth est une maladie virale grave qui atteint notamment le foie.
(P) La Parvovirose : Encore très courante et très contagieuse, très résistante à l’extérieur dans les déjections canines, la parvovirose est une maladie mortelle, à laquelle sont particulièrement exposés les jeunes animaux.
(L) La Leptospirose : C’est une maladie due à une bactérie transmise dans l’urine des rongeurs (rats, ragondins…). Les chiens qui fréquentent des milieux humides (marais, plan d’eau, rivières…) y sont particulièrement exposés. C’est une maladie également très grave qui atteint le tube digestif, le foie et les reins.
(R) La Rage : La rage est une maladie due à un virus véhiculé par la salive des animaux atteints ou en période d’incubation. C’est une maladie toujours mortelle quand apparaissent les symptômes et contagieuse pour l’homme. Heureusement, la rage est éradiquée à l’état sauvage en France mais resurgit occasionnellement chaque année par l’intermédiaire de chiens importés illégalement de pays contaminés (Afrique du Nord, Amérique du Sud, Europe de l’Est, Asie…).
La vaccination contre la rage n’est pas obligatoire, sauf dans certains cas particuliers :
– Chiens de catégorie I et II,
– Pour voyager en Corse, dans les DOM-TOM et dans certains pays étrangers,
– Pour participer à certaines expositions et concours.
Existe-t-il d’autres vaccins pour le chien ?
OUI, il existe d’autres types de vaccins, complémentaires des vaccins habituels, dans certaines situations à risque. Ils protègent contre les maladies suivantes :
– La Toux de Chenil (BB+Pi) : Il s’agit d’une maladie respiratoire qui affecte principalement les jeunes chiens en élevage collectif ou en animalerie. La vaccination est particulièrement conseillée pour les animaux vivant en collectivité. La maladie est provoquée par l’association de plusieurs virus et bactéries. Les vaccins disponibles protègent contre le virus Parainfluenza (Pi) et une bactérie nommée Bordetella bronchiseptica (BB).
– La Piroplasmose : C’est une maladie parasitaire transmise par les morsures de tiques. Elle est grave, souvent mortelle si elle n’est pas traitée à temps. Elle peut toucher des animaux de tous âges. La vaccination est fortement conseillée pour les chiens qui fréquentent les bois et les campagnes en été et en automne (en particulier les chiens de chasse) car ce sont des zones très fréquentées par les tiques.
– La Borréliose ou Maladie de Lyme : Une autre maladie grave transmise par une espèce particulière de tique. Comme pour la piroplasmose, la vaccination est conseillée pour les chiens exposés aux tiques dans les zones à risque, à partir de l’âge de 5 mois.
A partir de quel âge peut-on vacciner ?
    Il est inutile de vacciner un chiot avant l’âge de 2 mois. En effet, lors des premières tétées, sa mère lui transmet ses anticorps qui le protègent pendant quelques semaines.
Dans le même temps, le système immunitaire du chiot se développe lentement.
Avant 2 mois, non seulement il n’est pas prêt à réagir au vaccin, mais les anticorps transmis par la mère interféreraient avec la vaccination. Elle ne pourrait donc pas fonctionner.
    A l’issue de cette période, la vaccination du jeune animal peut être entreprise selon différents délais en fonction du vaccin :
A partir de 2 mois : 1ères injections contre l’hépatite de Rubarth, la maladie de Carré, la parvovirose et la leptospirose.
A partir de 3 mois : 1ère injection contre la rage (la vaccination contre la rage ne peut pas être reconnue légalement si elle est effectuée avant l’âge de 3 mois)
3 semaines à 1 mois après la première injection : une 2ème injection est indispensable pour les vaccins contre l’hépatite de Rubarth, la maladie de Carré, la parvovirose et la leptospirose.
Pourquoi faut-il plusieurs injections au démarrage pour certains vaccins ?
    Pour la plupart des vaccins, la première injection provoque une réaction immédiate du système immunitaire du chien (ses défenses naturelles contre les maladies) mais celle-ci n’est pas durable : après quelques semaines, la protection chute et redevient insuffisante.
Une seconde injection 1 mois après la première permet de re-stimuler les défenses de l’animal et d’établir une protection plus durable : 1 à 2 ans selon les vaccins et les maladies.
L’ensemble des injections nécessaires pour démarrer correctement une vaccination est appelé primovaccination.
Si la primovaccination est incomplète ou mal réalisée (2 injections trop rapprochées ou trop espacées), elle ne permet pas à une protection durable de se mettre en place. La vaccination incomplète est donc inefficace.
Les rappels de vaccination sont-ils utiles ?
    Bien-sûr ! Après une ou deux années selon le type de vaccin, le niveau de protection assuré par les anticorps de la vaccination chute et devient insuffisant pour protéger votre chien !
    Selon le vaccin, pour le chien, les rappels sont à réaliser tous les ans ou tous les deux ans :
1 an après la primovaccination : Toutes les valences [CHPLR] Ensuite, tous les ans : Leptospirose et rage [LR] Tous les 2 ans : Maladie de Carré, Hépatite de Rubarth et Parvovirose [CHP]

Peut-on vacciner un chien n’importe quand ? 

    Non, pas tout à fait. La vaccination ne peut être réalisée que sur un chien en bonne santé, correctement traité contre les parasites.
Il est donc conseillé de vermifuger votre chien une à deux semaines avant le rappel de vaccination.
    Lors de la consultation de vaccination, le vétérinaire vérifiera l’état de santé de votre chien et reportera la vaccination s’il constate un problème. En effet, la vaccination mobilise les défenses naturelles de votre animal. Si une autre maladie occupe ses défenses au même moment, non seulement la vaccination risque de ne pas bien se mettre en place, mais votre animal risque aussi de moins bien pouvoir se défendre contre la maladie à laquelle il a affaire à ce moment là.
    La consultation de vaccination n’est donc pas une simple formalité ! D’autant plus qu’elle donne aussi l’occasion de réaliser un check-up annuel de la santé de votre chien, indispensable pour détecter à temps certains problèmes de santé, en particulier à certaines étapes de sa vie : chiot, puberté, animal âgé.

Y a-t-il des effets secondaires à la vaccination ?
    Oui mais les vrais effets secondaires sont extrêmement rares.
    Sur le moment, l’injection de certains vaccins peut être un peu douloureuse et occasionner une petite réaction de votre animal. C’est normal. C’est l’effet de la diffusion du produit sous la peau. Vous pouvez être certain que votre vétérinaire fait toujours tout le nécessaire pour que la vaccination se passe le mieux possible avec le vaccin le mieux adapté à votre chien.
    Par la suite, il arrive que le chien vacciné soit un peu fatigué pendant 12 à 24 heures après la vaccination ou qu’une petite réaction (rougeur, dureté) puisse être observée pendant quelques jours à l’endroit de l’injection. C’est loin d’être systématique.
    Les vraies allergies au vaccin sont très rares et ne doivent surtout pas vous dissuader de faire vacciner votre chien. Le risque qu’il soit exposé à une maladie grave et mortelle est beaucoup plus important !
Les maladies infectieuses du chien contre lesquelles le vétérinaire vous propose de les vacciner sont loin d’être éradiquées et représentent un vrai danger pour votre animal. La vaccination est indispensable pour assurer sa sécurité.
De plus, même pour un chien apparemment en bonne santé, la consultation de vaccination permet de faire le point chaque année et de détecter tôt certains problèmes.
Un véritable atout pour votre compagnon !

CHATS

La vaccination du chat
La vaccination permet à l’organisme de résister à une agression virale ou bactérienne.
A ce titre, elle fait partie des moyens préventifs qui doivent être mis en œuvre sur des organismes bien portants, avant toute contagion.
C’est une sorte d’assurance contre un certain nombre de maladies.
Il faut donc y songer lorsque, paradoxalement, tout va bien !
L’extension de la vaccination chez le chat a suivi l’évolution de la médicalisation dans cette espèce. De plus, certaines particularités dans le mode de vie des chats rendent leur vaccination aussi utile, sinon davantage que chez les chiens. En effet, nos petits félins arpentent souvent nos campagnes et nos villes, multipliant sans surveillance rencontres et bagarres ce qui accroît considérablement les risques de contagion.
En pratique, la vaccination peut débuter vers 8 semaines sur des chatons, de préférence vermifugés, et dont l’examen clinique, pratiqué par votre vétérinaire, se révèle normal. Cette consultation vaccinale revêt par là même une importance fondamentale : elle est l’occasion pour le propriétaire du chat d’obtenir les réponses aux questions d’ordre général qu’il se pose à propos de son petit compagnon.
Les maladies relevant de la vaccination sont les suivantes :
– La panleucopénie (ou typhus)
– La rhinotrachéite et le calcivirus (ou coryza)
– La leucose féline
Les deux premières injections sont pratiquées à 3-4 semaines d’intervalle et sont suivies d’un rappel annuel.
Votre vétérinaire vous expliquera pourquoi la leucose féline, provoquée par un virus (FELV) et affaiblissant grandement les défenses immunitaires de l’organisme, constitue, entre autre, une sorte de « porte ouverte » pour beaucoup d’autres agressions pathogènes. Dans certains cas elle peut nécessiter l’utilisation d’un test préalable de dépistage très simple à réaliser, afin de s’assurer au maximum de la séronégativité du chat.
La vaccination est un outil essentiel du maintien en bonne santé de nos chats domestiques. C’est à la fois un geste simple et très technique dont l’innocuité repose sur un examen médical approprié et sur un recueil précis de renseignements (âge, mode de vie, antécédents médicaux, gestation en cours ou prévue…).
Enfin, il ne faut pas oublier que les maladies citées plus haut sont des pathologies graves, soit régulièrement mortelles, soit parfois chroniques et dont les tentatives de traitement ne sont en général que palliatives.
N’hésitez pas à nous solliciter afin de définir ensemble un protocole de vaccination précoce, clair et adapté à votre chat !

Clinique vétérinaire du Londeau
RD 501- Ménil-Haton
61250 Valframbert
www.alencon.vet
contact@alencon.vet

Consultations sur rendez-vous au

02 33 31 01 64

 

Ouvert du lundi au vendredi
de 8h45 à 12h00
et de 14h00 à 19h00

et le samedi de 8h45 à 12h00